Le clergé

La caste sacerdotale
Détenteur de l'autorité spirituelle, le clergé est l'intermédiaire entre les dieux et les mortels.
Bien que cela soit difficile à prouver, les clercs seraient les seuls à pouvoir communiquer avec les dieux et recevraient des bénédicitions et dons divins en compensation pour leur dévotion.
Le clergé n'est astreint à aucune obligation, fiscale ou militaire. Chaque culte religieux enseigne différentes « injonctions » ou « interdits » à ses fidèles : un code de conduite qui dicte le comportement de ses fidèles et qui les différencies d'un culte à l'autre.
Les clercs sont présents dans des lieux de rites spécifiques (églises, temples ou sanctuaires).
Les fidèles doivent obéissance aux éminences de leur culte. Quant aux clercs, ils ne relèvent pas de la justice habituelle, et ne peuvent être jugés que par un tribunal ecclésiastique.

La caste enseignante
Le clergé possède le monopole de l'enseignement. Les clercs sont - plus ou moins - instruits et certains d'entre eux sont chargés d'apprendre aux enfants les bases de la lecture, de l'écriture et des chiffres. Chaque culte exerce cette fonction dans ses lieux de rites attitrés. Cette instruction n'est pas gratuite et offre des bases. Elle ne permet pas de former de grands savants. Fournie aux enfants de 7 à 13 ans, l'éducation est généralement dévolue à ceux dont les parents peuvent se permettre cette dépense et aux bourgeois. En effet, dans les pluspart des cas qui concernent les manants, les enfants se préparent peu à peu à débuter le travail, accompagnant leur parent à la tâche. Ceux là ne vont donc jamais sur les bancs d'école.

Les nobles, eux, ont généralement assez de moyens que pour se permettre une scolarisation privée, qui s'étendra bien au-delà des 13 ans de l'enfant. En fonction des croyances des parents, un clerc sera mandé auprès du culte qu'ils apprécient le plus. Dès lors, des études plus complètes et poussées débuteront pour l'enfant destiné à un métier dit noble ou intellectuel.

La caste politique
Le clergé est aussi au service du Roi, à qui il doit le conseil, l'information ou la prédiction dans l'intérêt du royaume. Naturellement, le culte auquel appartient la foi du Roi sera favorisé.


Rivalités religieuses
En Halgueronne, les cultes religieux reconnaissent l'existence des autres Dieux, mais ne vénèrent et ne respectent que leur propre Dieu. Chaque culte promouvoit son idéologie ainsi que sa divinité, la plaçant sur un piédestal par rapport aux autres cultes. Ceci résulte en une forme de rivalité entre les différents cultes, qui cherchent tous à gagner plus de pouvoir et à étendre leur influence.
Les fidèles qui appartiennent à la haute noblesse sont particulièrement soignés et surveillés par leurs cultes, puisqu'ils permettent au clergé d'avoir de l'influence sur le plan politique.


Intégrer le clergé
Par serment
Que l'on ait eu une vie de péché, que l'on soit de basse extraction ou même de la noblesse, tous sont admis pour rentrer dans les ordres en tant que "novice". Pour cela, on jure de vouer sa vie pour le culte religieux que l'on souhaite intégrer. C'est une vocation jusqu'à la mort dont on ne peut se délier sans subir le courroux des hautes autorités religieuses auxquelles on appartient.
L'on reçoit alors peu à peu la formation nécessaire et éducative, avec pour objectif de devenir un "clerc". Chaque culte a sa propre dénomination du "clerc" pour différencier facilement les appartenances religieuses de tout à chacun. Au sein d'un culte, il n'y a plus de notions de castes sociales. Tous deviennent frères et soeurs dans la voie qu'ils ont choisie.