Croyances religieuses en Halgueronne

Il existe trois religions en Halgueronne. Chaque culte vénère un Dieu unique.
Puisqu'aucune foi n'est majoritaire, les cultes sont forcés de cohabiter ensemble.
Donnés l'occasion ils n'hésitent pas à se faire la guerre.
Il existait par le passé 7 religions différentes en Halgueronne.
Les cultes religieux étrangers sont marginalisées et il est très mal vu de leur part si ils propagent leur idéologie publiquement.


Serina

"La Juge"
Déesse intransigeante et impartiale

Représentation : Jeune femme, habillée humblement, portant une épée et parfois une balance dans l'autre main.


Enseignements : La croyance en Serina enseigne le sens de la Justice et l'importance de la vérité ainsi que la quête de celle-ci dans un but d’élévation spirituelle. Se comporter dignement et honnêtement est une manière de se rapprocher du Divin et de faire honneur à la Déesse. Serina enseigne l'importance des faits avant la condition sociale car la Justice est nue, aveugle et n'a pas de race. L'envie et la possession de biens matériels sont considérés comme des tentations qui peuvent faire flancher la véracité d'un jugement, l'avarice est par extension un péché grave.

Symboles : L'épée est un symbole important, en référence à l'épée Sacrée d'Halgueronne. Des petites épées sont alors utilisées en colliers ou attachées à des bracelets. L'épée peut également être tatouée pour les plus fanatiques, mais est alors associée à une balance afin de représenter la Jugement autant que la Sentence de Serina.

Pratiquer la foi : Un croyant se signe le front en imitant la forme d'une épée avant de faire ses prières à voix basse pour sa Déesse. Il tient généralement en main ses symboles et s'accroupi devant les autels religieux dédié sa Déesse, ressemblant à des piédestal avec une épée. Une prière typique à Serina consiste à témoigner ses bonnes actions et celles de ses proches, ainsi que de confesser ses éventuels péchés à la Déesse. L'auto-flagellation est une pratique courante pour expier ses propres péchés car la Déesse Serina, intransigeante, ne pardonne pas.

Clergé : Les membres du clergé de Serina s’appellent les "Alcades". Ils sont réputés pour être incorruptibles et particulièrement habiles à déceler les mensonges. Il n'est pas inhabituel que le clergé de Serina soit consulté lors d'affaires judiciaires par des Seigneurs de même foi.

Interventions divines : Serina serait capable d'immoler les plus vils menteurs...


Cuerno

"Le Protecteur"
Dieu gardien et patriotique

Représentation : Figure masculine de forte carrure dans une armure complète noire, portant un bouclier et parfois une épée.


Enseignements : La croyance en Cuerno enseigne le sens du Devoir et du sacrifice pour le bien du "Royaume", considéré comme un chez soi et un berceau à préserver don Cuerno serait le garant de sa sécurité, au même titre que ses croyants. Se comporter avec abnégation est une manière de se rapprocher du Divin et de faire honneur au Dieu Cuerno. Dans cette religion, la Nécessité et le Devoir l’emportent toujours sur la Justice. Il arrive que les lois ou les règles de la chevalerie ne soient pas respectées, des crimes peuvent être camouflés, une révolte légitime oppressée, tant que cela aide à préserver le Royaume/Lieu de vie des croyants, afin qu'ils puissent continuer de servir leur Dieu. Cuerno ne fixe aucune limites à ses croyants tant qu'ils accomplissent sa divine volonté.

Symboles : Le bouclier est un symbole important, en référence au rempart et la protection de Cuerno. Les colliers sont favorisés pour le port de tels symboles ou bien seront gravés sur leurs outils de travail. Si un Cuerniste possède un véritable bouclier, celui-ci sera particulièrement soigné et affichera de nombreux textes et icônes religieuses liés à Cuerno.

Pratiquer la foi : Un croyant pratique surtout sa foi dans son métier, d'avantage que par la prière. Quand il passe devant un autel dédié à son Dieu, un croyant s'arrête et prend une posture très droite, avant de frapper son poing contre sa poitrine au niveau du cœur. Au quotidien, c'est par son labeur qu'il se prouve auprès de son Dieu, en s'investissant dans ses responsabilités et ses devoirs, préférant des métiers manuels qui peuvent servir autrui, que ce soit l'artisanat, main d'oeuvre ou militaire. A l'image de son Dieu, un croyant cherchera à servir autant que protéger les siens.

Clergé : Les membres du clergé de Cuerno s’appellent les "Saliens" et sont réputés pour être très disciplinés, au comportement très martial. Ils sont les garants des "Devoirs de Cuerno" et n'hésitent pas à se salir les mains, montrant l'exemple à leurs fidèles, quand il s'agit de défendre leurs idéaux.

Interventions divines : Cuerno infuserait sa force dans ses fidèles, leur permettant d'être plus endurant contre la fatigue et la douleur...


Kerräm

"Le Sanguinaire"
Dieu vindicatif et révolutionnaire

Représentation : Figure masculine en toge rouge avec un masque en forme de crâne, portant une dague et un sablier en main.


Enseignements : La croyance en Kerräm enseigne que l'Empereur-Dieu Faror de Phoenicis est considéré comme l'ennemi Absolu, pas seulement d'Halgueronne mais du monde entier. Pour les Kerrämistes, la mort n'est pas crainte, elle est vénérée et appelée à s'abattre sur leurs ennemis, avec autant de dévotion que s'il s'agissait d'une prière à leur Dieu. Si la miséricorde et le pardon sont des valeurs enseignées par la religion de Kerräm, elles ne s'appliquent pas quand il s'agit de traiter avec des Impériaux, don l'unique destin qui leur est réservé est la mort. Kerräm enseigne néanmoins la patience, la planification et la stratégie : abattre son ennemi n'est à faire qu'une fois que l'on s'y soit bien préparé.

Symboles : Le crâne est un symbole important, autant en hommage aux morts qu'une promesse de finalité pour leurs ennemis. Le rouge est une couleur appréciée des Kerrämistes : ils font des habits composés d'amalgames de tuniques et autres tissus provenant de l'Empire qu'ils portent avec d'autant plus de fierté s'ils ont pu se les procurer de leurs propres mains sur un Impérial.

Pratiquer la foi : Lorsque des Impériaux sont capturés, ils sont sacrifiés de façon cérémonielles en l’honneur de Kerräm. En l'absence d'Impériaux, se sont des animaux qui sont alors sacrifiés lors des nombreux rituels religieux. Il va de même pour les effigies de l'Empereur qu'ils détruisent de façon cérémonielle. Ou le cas échéant, les fidèles fabriquent des petites poupées de paille représentant l'Empereur qu'ils immolent tout en adressant leurs prières à Kerräm. Les croyants favorisent les métiers d'action et militaires, toujours prêts à abattre la fureur de leur Dieu sur les servants de l'Empereur... Ou qui que ce soit d'autre qui se mettra en travers de leur chemin.

Clergé : Les membres du clergé de Kerräm s’appellent les "Mystagogues" et sont réputés pour être des stratèges particulièrement calculateurs. Cherchant toujours à avoir une longueur d'avance sur les adversaires, ils exhortent leurs fidèles à être le bras armé leur Dieu vindicatif.

Interventions divines : Kerräm allongerait l'espérance de vie de ses croyants, repoussant ainsi l'heure de la rencontre avec la mort...